Appelle-moi Rambo.

 

 

 

 

« Il n’y a pas de wifi dans la forêt, mais je promets que tu y trouveras une meilleure connexion. »

Anonyme.

 

 

 

 

 

Salut à toi, jeune Padawan

 

 

Oh, un petit billet d’humeur, ça faisait longtemps !

 

Pourquoi ne nous enseigne-t-on pas l’essentiel en Europe ? L’essentiel, devant lire, écrire et compter. Je parle de secourisme, de survie, de prévoyance, de bon sens. La base. La réponse à cette question est complexe, je pense qu’elle est partagée entre une volonté de nous vouloir dépendants des états au maximum, et d’un confort tellement ancré dans la vie moderne depuis quelques générations qu’on finit par oublier que l’état n’est pas infaillible. C’est la question que je me suis posée il y a quelques années, lorsque j’ai commencé des démarches pour un visa au pays des Harley (Davidson, essaie de suivre, ndlr) et qui n’a cessé de me suivre depuis.

 

Mes jeunes années adulte m’ont permis de comprendre que la vie, notamment dans les transports des grandes villes, n’était pas si étrangère à la jungle de nos ancêtres. Découvrir la vie aux États Unis, et je ne parle pas de New-York ou L.A qui ressemble à nos modes de vie mais bien de la « campagne américaine », m’a permis de me rendre compte de certaines différences entre l’Europe et … les autres.

 

Nous sommes dans un monde hostile. Même si notre société veut nous faire croire le contraire à coup de TV et de surconsommation, même si notre espèce s’est sédentarisée, standardisée. Nous n’avons certes plus à aller chercher notre nourriture dans les bois ni lutter pour notre survie (quoique, ndlr), mais les menaces accidentelles, climatiques et écologiques sont belles et bien là. Ne pas se voiler la face est aussi une façon de se préparer au pire comme au meilleur, car quand tu t’attends au pire, t’es jamais déçu.

 

Ici dans le Michigan les gens sont préparés. « A quoi ? » vas-tu me demander, à la neige et au grand froid, ou à quelconque incident qui pourrait interférer leur quotidien. Les américains des campagnes ont tous de quoi tenir en autonomie un minimum, « au cas où ». La première fois que j’ai mis mes pieds dans cet état, je me suis rendue compte de la différence de mentalité. Les États-unis, c’est un très grand pays, il est donc impossible de mettre en place ce que l’on fait dans nos minuscules pays européens, en terme de maintien des routes par exemple, ainsi les gens apprennent tôt à se prendre en charge.

 

Ensuite, quand que je suis rentrée en France après un séjour dans la campagne américaine, je me suis aperçue que je n’avais même pas un paquet de riz d’avance, et vu que je ne boit pas d’eau en bouteille : même pas un verre d’eau d’avance. Pleine confiance au système quoi. Certes, en France on ne connait pas le « grand froid ». Mais six centimètres de neige sur le périphérique et c’est embouteillages pendant dix jours. Je n’exagère pas tant que ça, il y a une quinzaine d’années j’avais fait Porte d’Italie – Porte de Clichy en 9h. Oui tu lis bien. Et qu’avais-je dans ma voiture, mise à part de la musique et mon sac à main ? Environ 25cl d’eau. Si les pompiers ne nous avaient pas ravitaillés, ce beau voyage enneigé aurait été bien moins confortable pour moi, la fille de la ville.

 

Notre éducation moderne se résume à devenir conforme à la société, mais pas à nous aider les uns les autres, encore moins à survivre si un jour nous étions confrontés à une inondation ou que sais-je. On ne nous apprend pas ce qu’il faut avoir chez nous en cas de coupure de courant supérieure à 24h, coupure d’eau, en cas de danger de pollution extrême. Et pourtant, je ne parle pas de dangers farfelus comme une invasion extra-terrestre, je te parle de dangers réels et tangibles, avec le réchauffement climatique.

 

Adultes, nous sommes des enfants dépendants de mère patrie, mais un jour peut-être que l’état sera incapable de nous essuyer les fesses, un jour de panne nationale de papier toilette.

 

Alors je ne sais pas ce que tu en penses, mais moi, j’ai décidé de me prendre en charge depuis quelques temps.

 

 

 

 

Le minimum chez soi

Un minimum de denrées non périssables telles que quelques boites de conserves de légumes, quelques paquets de riz, etc. Pas la peine d’avoir trois tonne de riz d’avance, mais juste un petit garde manger en permanence, avec un roulement « First in first out », comme disent les copains outre atlantique, c’est à dire que chaque fois que j’achète un paquet de riz je le mets au fond du placard et j’ouvre le plus vieux (logique, mais au cas où je préfère le dire, ndlr). J’ai aussi une petite réserve de quelques produits essentiels pour mon bien-être, rien de bien encombrant.

 

J’ai décidé il y a peu de faire L’acquisition d’un Berkey. C’est quoi ce machin ? C’est très simple, c’est un dispositif dans lequel tu mets de l’eau, et cet appareil te la filtre. Si un jour l’eau du robinet n’est plus potable pour une raison ou une autre, j’ai plusieurs mètres cubes de filtrage pour voir venir. Et au quotidien, il a aussi l’avantage de filtrer les perturbateurs endocriniens, métaux lourds …

 

Je prévois d’ajouter à mes petites provisions un mini générateur d’électricité.

 

 

 

 

Le minimum dans sa voiture

Dans le Michigan, ils sont habitués à avoir un minimum dans leur voiture, car on m’a expliqué qu’en plus du risque d’accident qui crée des bouchons sur l’autoroute, il y a aussi le risque d’intempéries type neige, inondations. En France aussi nous avons des arbres qui tombent sur les routes, des inondations, mais nous ne sommes pas prévoyants. Ce n’est pas parce que nous avons un petit pays que nous ne devrions pas en faire autant.

 

Depuis mon petit épisode parisien, j’ai une couverture, deux litres d’eau, une petite trousse de secours et quelques barres de fruits lyophilisés pour le cas où. Ça prend très peu de place dans le coffre, et ce sera utile si un jour je revis cette incroyable opportunité de faire la teuf toute la nuit… arrêtée au volant.

 

A mon porte-clé j’ai ajouté un mini coupe-ceinture qui fait aussi brise vitre. Besoin de t’expliquer pourquoi? Je ne pense pas.

 

 

 

 

Le minimum sur soi

Dans mon sac à main (lorsque je voyage hein, pas quand je vais acheter mon pain ou chez Wallmart, je préfère préciser, au cas où, ndlr) j’ai également de l’eau, une petite barre de fruit lyophilisée, une mini trousse de secours avec désinfectant, pansements, anti-ampoules, …

 

Puisqu’on est à l’ère du numérique et que je suis souvent dans les aéroports et autres lieux publics très fréquentés tels que les gares, mall et compagnie, j’ai disposé dans mon portefeuille une carte qui brouille les ondes, pour ne pas qu’on puisse utiliser mes données de paiement sans contact et faire des achats à mon insu.

 

Lorsqu’on est une femme allant souvent dans les espaces publiques, c’est parfois compliqué. Et « on », disons une personne avertie soucieuse de ma sécurité, m’a acheté un petit outil de défense qui n’a absolument pas la tête d’un outil de défense, qui est en plastique, et qui passe au contrôle de sécurité aérien. Je te laisse faire tes recherches sur l’ami Google si intéressé, il existe une multitude de modèles, et aussi les bips qui ont une sirène aussi forte que le bruit d’un avion qui décolle, mais vu qu’il n’y en avait pas qui émettait les chansons des Guns N’Roses, j’ai préféré le truc en plastique.

 

Astuce bonus : Si je suis en talons j’ai toujours une paire de mini ballerines Repetto roulées, tu sais, celles que mettait ta petite sœur. Oui on parle de survie des pieds aussi !

 

 

 

 

Le minimum de formation

Savoir lire, écrire, compter c’est bien, mais n’y a t-il pas deux ou trois essentiels que nous aurions oublié ?

 

Il n’y a pas de cours de secourisme à l’école. J’ai fait mon premier stage de secourisme en étant bénévole secouriste lors de mon premier travail. Ce qui veut dire qu’avant cela je ne savais pas agir face à une personne qui saigne abondamment, face à une personne ayant une crise cardiaque ou entrain de s’étrangler. La formation de sauveteur secouriste devrait selon moi être enseignée à l’école et au moins validée au lycée. Comment se fait-il que nous ne soyons que si peu à savoir les fameux « gestes qui sauvent » ?

 

Apprendre à son gamin à nager dès le plus jeune âge est aussi un des meilleurs services à lui rendre. Or il y a encore des enfants qui ne savent pas nager en entrant au collège. Tu trouves ça normal, pour un pays qui a presque 6000 km kilomètres de côtes en métropole, mais aussi des fleuves, des piscines… ? Mais il n’est jamais trop tard pour s’inscrire, sache que tu peux apprendre à nager même à 75 balais, et que les formations sauveteur-secourisme sont dispensées un peu partout en France.

 

Et, pour le côté rassurant, un petit cours de self défense. Ça se fait beaucoup outre-atlantique, mais je n’ai pas l’impression ce soit répandu en France. C’est quelque chose qui m’a beaucoup aidée à me rassurer il y a quelques années, après disons une petite incartade Parisienne.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La vie n’est pas un film de bisounours trippant au LSD en claquettes roses. Un accident est très vite arrivé.

 

Combien de personnes ayant reçu une formation de secourisme ont pu sauver la vie de tata qui s’étrangle ou du petit dernier qui s’est empalé la jambe sur un râteau dans le jardin ? Si nous étions formés nous pourrions nous entraider, voir nous sauver. Si nous avions également tous le minimum sur nous, à la maison, en voiture, nous pourrions pallier plus confortablement aux impondérables de la vie.

 

 

 

Soyons prévoyants,

Ton fidèle serviteur.

 

 

Ps : N’oublie pas le bandana rouge, pour jouer à Rambo.

 

IMG 2761 - Appelle-moi Rambo.

Packard plant, Michigan, USA.

Comments

  1. Danielle
    1 Novembre 2019 / 1 h 07

    Mazette, 9h porte clichy, porte d’italie … le cauchemar. une petite bouteille de champ aurait aide, lol.

  2. Anthéa
    3 Novembre 2019 / 10 h 37

    J’ai un minimum chez moi, mais c’était en cas de panne voiture car je suis loin de tout sans transports en commun. Merci de m’avoir fait penser à compléter ce stock en cas de coupure d’eau, d’électricité … et aussi pour les astuces pour améliorer la sécurité, le confort… Grâce à Danielle je vais aussi penser à stocker quelques bouteilles de champagne!

    • 3 Novembre 2019 / 11 h 07

      Le champagne, survival 101, comme disent nos copains outre-atlantique ! ✌🏻

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.