Feel Good.

 

 

 

 

 

« La beauté extérieure est la partie visible de la beauté intérieure. Et elle se manifeste par la lumière qui se dégage des yeux de chacun. »
Paulo Coelho, Le manuscrit retrouvé.

 

 

 

 

 

Salut à toi, jeune Padawan

 

C’est avec beaucoup de courage et de ténacité que nous essayons péniblement de nous porter au mieux dans cette société malade. Sauf que nous n’utilisons pas les bons outils.

 

La plupart d’entre nous supportent ce fardeau avec des tampons émotionnels.
« C’est quoi qu’est-ce ? ». Ça tombe bien, c’est le sujet de l’article de ce jour. Un tampon émotionnel, c’est un truc que tu fais pour éviter de voir la réalité en face. Par exemple acheter quelque chose dont tu n’as pas besoin pour ressentir un instant de plaisir, te faisant oublier que ton rêve était d’être plombier, avec ta petite entreprise et ta jolie camionnette. Aujourd’hui tu es un triste employé boulanger rêvant d’une autre vie devant son four, mais qui a trop peur pour se lancer. Du coup tu t’es acheté une nouvelle TV, alors que l’ancienne marchait encore. Un tampon émotionnel, ça peut être un achat, une pâtisserie, un film, une drogue, le sexe, un hobby (et pas un hobbit, ndlr), bref n’importe quoi qui te fasse sortir de tes responsabilités ou de ta réalité.

 

Et puis il y a notre société moderne, notre société du «positif malvenu ».

 

Je vois dans la rue des centaines de regards éteints, de mines grises et dévitalisées de personnes qui pourtant « ne manquent de rien ». Une lassitude de vivre qui ne me plait pas du tout. C’est quand même dommage de passer à coté de sa vie, en marchant dans la rue seul comme un zombie non-contagieux (imagine la détresse, ndlr).

 

Voilà pourquoi et ce dont je souhaitais te parler aujourd’hui.

 

 

 

L’absurdité du feel good

Les bibelots, les livres, les émissions, tout est devenu « feel good » dans notre société. Le mode hypocrite du « je vais bien tout va bien ». Or, « j’ai le sentiment que lorsqu’il devient urgent d’aller bien, c’est que ça ne va pas fort » (Citation approximative, de mon souvenir, d’Erwann Menthéour, dans son dernier livre, ndlr).

 

Ouvre les yeux et ose me dire que tout va bien. Cette société où les vieux, les malades, les handicapés, les gens hors norme en sont écartés, invisibles, mais tout va bien. Cette société qui détruit littéralement la planète de laquelle on dépend, mais tout va bien. Cette société qui nous rend malade, où notre air, notre eau, nos fruits et légumes sont devenus toxiques, mais tout va très bien. Or, que se passe-t-il si on s’arrête de manger, boire ou respirer (sauf si t’es le gars du Grand Bleu, ndlr) ?

 

La nourriture, l’air et l’eau sont nos biens les plus précieux, un milliard de kilomètres devant l’argent, mais on chie dedans, littéralement. Ça ne tourne pas rond, mais tout va bien.

 

Une société malade. Mais tout va bien.

 

 

 

feel bad, une réalité

Oublie tout : avec cet objet, tu iras mieux.

 

Achète la dernière veste à la mode de chez Zawa, les nouvelles chaussures de chez Pinneli, le nouveau pantalon de chez H&N, ou autre site chinois sur le net … même un dentifrice au charbon actif peut te faire rêver – proposé par Machine sur instagram, acheté à 18 balles par tes soins (alors qu’il ne vaut guerre plus de 2 euros), et te donnant ce « petit coup de mieux ».

Tu le reçois, il te fait frétiller 10 minutes, puis le lendemain arrive et tu ne t’en souviens déjà plus. Tu as besoin d’un autre shoot de dopamine. « Oh ! Cette pub à la tv ! J’aimerai trop avoir ce truc … » et boom on est reparti.

 

J’aimerais te parler de quelque chose je n’ai pas connu mais qu’on m’a si bien décrit que je peux me permettre de te le l’expliquer à mon tour : la dépendance à une drogue dure.
Au début m’a-t-on raconté, c’est sensationnel. Un peu comme un matin de noël où, enfant, tu ouvres tes beaux cadeaux. Le bonheur pur, frénétique, c’est magique.
Puis rapidement, c’est une descente aux enfers, alors pour l’éviter il faut de nouveau un shoot. Mais malheureusement, la deuxième fois ne sera jamais aussi bien que la première, la troisième jamais aussi bien que la seconde, et caetera.
Si bien qu’alors, le spleen de la redescente s’installe de plus en plus dans le cortex de la personne qui devient dépendante, jusqu’à finir par la rendre dépressive, vide de sens et de vie.

 

As-tu fait le parallèle avec notre société de consommation ? C’est exactement la même chose : une savante entreprise dévouée à nous rendre accros à la dopamine, l’hormone du plaisir que tu ressens lorsque tu actives un tampon émotionnel. Tu dois avoir cette nouvelle TV, ce nouveau jean, le même t-shirt que la nana sur Instagram, il en faut encore plus, toujours plus, et pendant ce temps là nous courons à notre perte. Notre perte mentale et écologique.

 

Pour te faire réagir, je vais même oser avoir l’audace de te révéler un fait : il vaut mieux pour la survie de l’humanité que tu sois accro au crack plutôt que tu surconsommes, en achetant par exemple des fringues fabriquées dans les conditions qu’on connait, où tu sais. Oui, tu lis bien. Au crack ou à l’héro, hein, tu as bien le choix de ta drogue, mais plus celui de ta consommation.

 

Rassure-toi, tu seras bien plus heureux et épanoui en étant raisonnable, car en pensant ne manquer de rien, finalement, tu manques de l’essentiel.

 

 

 

Le positif bienvenu

Oui, tu peux aller bien dans un monde où tout part en … cacahuète. Tu noteras l’effort du rédacteur à rester polie, j’en suis toute ébaubie, et je tombe des nues (Coucou Mme Pernelle et Molière, ndlr). Oui dans ce blog on pense « couille » et on part ensuite sur des mots sortant tout droit des bouquins type « auteurs de l’académie française ». 11 points au scrabble. Mic drop.

 

Je ne vais pas faire ici de paraphrase biblique, ma religion c’est le rock ‘n roll, mais il me semble avoir entendu un jour un truc du genre « aime ton prochain comme toi même ». Et bien cette phrase à en gros résumé le fond de ma pensée.

 

Car si tu as autant d’estime pour toi que celle que tu portes à une porte de placard, ça risque d’être compliqué de respecter les autres. Ce qui va nous sortir de tout ce fourbi, c’est de nous aimer, car si tu t’aimes, tu te respectes, tu ne veux donc pas mettre des aliments empoisonnés dans ton corps, donc tu vas investir dans ta santé, tu vas investir aussi dans ton mental, et si tu t’aimes et que tu te respectes, tu aimeras et respecteras les autres, comme toi même. Tu me suis ? Je pense que oui. Va voir ce petit article qui te donneras quelques clés.

 

Au final, tout cela t’apportera le bonheur que tu ne pourras jamais avoir avec aucun objet de consommation, car le but de la vie n’est pas d’avoir, mais d’être. Le positif, le feel good, est noble, n’en faisons pas n’importe quoi.

 

 

 

La loyauté

« Le vrai héros n’est pas celui qui est né pour les hauts faits, mais celui qui a réussi – au moyen de petites choses – à construire un bouclier de loyauté autour de lui. »
Paulo Coelho.

 

C’est fou de faire un article sur le tampon émotionnel qu’est la consommation et de s’éterniser sur l’écologie et la santé mentale. Vraiment ? Voici deux beaux oxymores : « Un tampon émotionnel mentalement sain » et « une consommation écologique ». Neuf mots qui résument mon article et qui devraient être écrits, en toute modestie, sur les portes des toilettes de l’ONU, car il n’y a que là qu’on réfléchit vraiment en toute humilité.

 

Attention la loyauté n’est pas se juger. Tout comme avoir conscience des faits ne nous empêche pas de nous réaliser intérieurement et d’être heureux, à condition que nous soyons pleinement conscient de notre responsabilité. En effet, les plus gros pollueurs ne sont pas les citoyens mais une poignée d’énormes sociétés, certes, mais notre mode de consommation fait vivre, ou non, ces dites énormes sociétés, « Il suffirait que ça ne s’achète pas pour ne plus que ça se vende » (Coluche, ndlr) : C’est ça, la loyauté intellectuelle.

 

Soyons loyaux envers nous-mêmes, acceptons-nous tels que nous sommes, faisons de même avec les autres car ils ne sont ni mieux, ni pire que nous. Soyons loyaux envers notre mode de consommation, et par conséquent envers notre humanité. Car comme je l’ai déjà démontré sur ce blog, ce n’est pas la planète  qui se portera bien mieux sans nous  qu’il faut sauver, mais l’humain, qui lui, sans planète habitable, aura l’air d’un con.

 

« Lorsque la dernière goutte d’eau sera empoisonnée, le dernier animal chassé et le dernier arbre coupé, l’homme blanc comprendra que l’argent ne se mange pas. »
Sitting Bull, chef de tribu indienne.

 

 

 

 

 

 

 

 

Tu peux être heureux et engagé, heureux et conscient, dès lors que ton mode de vie est en accord avec tes convictions. Tu peux aller bien, dans une société malade. Tu peux être Feel Good sans le coté cul-cul, et sans le coté cynique de notre société. Je veux voir des gens responsables et heureux, se manifestant en dansant et chantant tout nus dans la rue ! (raye la mention inutile).

 

Chante, danse, aime, rigole, partage des moments avec ceux que tu aimes plutôt que d’acheter des trucs qui te rendront fade et gris. Ta vie mérite d’être vécue en couleurs, mais pas sur un écran de TV.

 

 

Salutations pleines d’espoir 🌈

 

 

 

 

 

Sources :
Derniers rapports du G.I.E.C

Erwann Menthéour, « Les chances qu’il nous reste », ed. Fayard.

 

 

annecy - Feel Good.

Annecy, Haute-Savoie, France.

Comments

  1. danielle shifman
    22 Novembre 2019 / 4 h 21

    j’allais dire au tout debut tout part en couilles et ai vu que toi aussi tu faisais ce commentaire .. en cacahuettes pour etre polie….

    il vrai que le plaisir de tout achat n’est pas durable …… mais il y aussi en ce moment un esprit de partage, parmi les plus jeunes, de recup, de refus de surconsommation, sans retomber dans la periode hippie des annees 1970. J’ai vu un article ou en bolivie, certains attachaient des vestes autours des arbres pour ceux qui en ont besoin.

    • 22 Novembre 2019 / 14 h 01

      Oui cet élan de la jeunesse est formidable, pourvu que ce soit la nouvelle mode et que tout le monde prenne le pli. Si on retourne dans la période hippie des années 70, je ne dirais pas non, rien que pour le nombre de concert mythiques. 🤘🏻😁

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.