Prendre soin de sa santé, pour de bon.

 

 

 

 

 

« Il n’y a personne qui soit né sous une mauvaise étoile, il n’y a que des gens qui ne savent pas lire le ciel ».
Dalai Lama.

 

 

 

 

 

Salut à toi, cher Padawan

 

Avant de continuer notre série sur les fruits et légumes par couleur, on va aborder deux sujets qui me tiennent à coeur, un aujourd’hui et un la semaine prochaine.

 

Mais tout se rejoint, comme toujours, tu vas voir, c’est magique, lol. Voici le premier :

 

 

 

Pourquoi veux-tu avoir une bonne santé ?

Pour accomplir tel ou tel challenge ? Pour voyager et explorer le monde ? Pour voir grandir tes enfants, petits-enfants ? Pour passer de bons moments avec ton chat ? Pour assister à plein de concerts de tes groupes préférés ? Pour avoir le bonheur de payer tes impôts ? Pour ne pas manquer la dernière saison de GOT ? (Suis-je la seule à ne pas avoir vu un seul épisode?! Oui, toute une éducation à refaire, Ndlr).

 

Car sans déterminer le « pourquoi » qui te fait avancer, tu ne tiendras pas tes engagements. Autrement dit, si tu ne connais pas la destination tu feras demi-tour (Chillbycaro, le 14 mars 2019, en mode GPS). C’est ce qui fait que l’humain atteint ses objectifs, certes mais j’ai envie d’aller un peu plus loin aujourd’hui pour toi, derrière ton écran, qui te reconnaitras…

 

Si tu n’as pas le moral, que tu ne sais pas où tu vas, ou à quoi bon se lever tous les matins, peut-être que cette raison te fait défaut. La santé n’est pas qu’une question de bonnes habitudes de vie, c’est aussi une question de moral. Et pour avoir le moral, il faut avoir une réponse à son « pourquoi ? ».

Tu sais, la vraie raison de vivre n’a pas pour but d’être grandiose. Qui t’as dit que tu devais être Beyoncé et remplir les stades ? Au final, est-elle vraiment heureuse ?

Dans notre société de la méritocratie on nous à appris à vouloir toucher de grand destins et accomplir de grandes choses, pourtant,  j’ai connu suffisamment d’êtres humains aux sois-disant grands destins dans ma vie pour constater que le bonheur n’est pas là. Ils se perdent dans le « trop », l’euphorie laisse souvent place à l’anxiété et au désespoir.

 

Le but de la vie n’est pas là. Et ta raison pour te lever le matin, pour sourire au fuckin’soleil qui se lève, pour décider d’agir, de mettre tout en œuvre pour rester ou te remettre en santé est en toi, et c’est à toi de la découvrir. Et si ton pourquoi te paraît ridicule par rapport à Beyoncé sache que si ça se trouve en secret, elle t’envie. Alors trouve ton pourquoi et sois-en fier nom de Zeus.

 

 

 

Trouver la motivation pour mettre en place des solutions durables.

Il est important de trouver la motivation car c’est pas fifou tous les jours de prendre soin de soi.
Laisse-moi te faire un petit paralléle musical : tu adores le piano et tu aimerais savoir en jouer, tu t’achètes donc un petit clavier et là tu te rends compte que … attends j’en saute une ligne…

 

C’est du travail et de l’engagement.

 

Oh la vache, ça faisait au moins 3 générations qu’on n’avait pas entendu pareil discours (à mon grand désarroi) ! Oui, apprendre le piano c’est de la patience, du travail, de l’engagement, des répétitions, c’est pas marrant, tu peux le dire même : c’est chiant, surtout dans un monde comme aujourd’hui où on a tout tout cuit et sans effort. On a de plus en plus de mal à tolérer que les choses ne soient pas faciles. Sauf que dans la vie, la vraie, ce n’est jamais le cas.

 

Et pour prendre soin de sa santé, c’est comme pour prendre la vie du bon côté : il faut être armé. Je te rassure, on ne va pas parler bazooka ou calibre 12 ici, mais juste se remémorer qu’il y a plein de trucs chiants dans la vie, qu’elle n’a d’ailleurs pas pour but d’être à 100% divertissante tout le temps, même si Instagram te le fait croire, et qu’il faut prendre ses responsabilités, faire des choix et s’engager si on veut avoir des résultats.

 

Et justement, avec ton petit ou grand « pourquoi » chevillé au corps, tu vas gravir des montagnes.

 

 

 

Prendre ses responsabilités

Avant 1950, nos aïeux mangeaient 100% bio, local et de saison. De vrais hipsters les gars. Et malgré les progrès de la médecine moderne ils étaient en meilleur santé que nous aux mêmes âges. « Mais gnagnagna on meurt plus vieux, qu’avant », oui tu as raison : on agonise plus longtemps qu’avant (#sarcasme) et en plus on est malade plus tôt qu’avant. Je reviens donc à mon affirmation.
La génétique, d’hier comme d’aujourd’hui ne représenterait qu’une part insignifiante dans la donne… alors quoi ?

 

À l’époque, en plus de la bonne alimentation (et du moins de pollution œuf corse, d’ailleurs ils étaient tous bio et omega 3, ndlr), ils se déplaçaient en vélo ou à pieds, rarement en voiture. Au passage, je pose ça ici, au cas où les consciences me lisent : à cette époque le budget consacré à l’alimentaire représentait, suivant le portefeuille, entre 1/3 et ½ du budget du ménage. Voilà voilà, ne t’étonnes pas de manger de la merde #ripjeanpierrecoffe. Le bio ou le local, c’est cher en 2019 ? Sois content de ne pas être né en 1910.

 

Si avec mon article tu comprends que l’industrialisation ne t’as pas fait gagner en pouvoir d’achat mais te fait au contraire consommer de la merde tout en engraissant le portefeuille de ceux qui te la vendent, j’ai gagné ma journée, je vais me faire une bière. Bio.

 

Aujourd’hui les plus grands experts en nutrition, les plus grands scientifiques nous invitent à faire machine arrière de toute urgence. Hasard ? Bien sûr que non. Tu vois où je veux en venir ? Ce qui était naturel autrefois devient un engagement aujourd’hui.

 

Si tu veux donc maintenir ou retrouver ta santé, il faut te bouger le cul. Au sens propre comme au figuré. Vivre normalement n’est plus suffisant. En 1950 une pomme était nutritive, aujourd’hui, pour avoir les mêmes nutriments il faudrait (pouvoir) en consommer une centaine. Bon appétit.

 

Comment veux-tu être dans 6 mois ? 3 ans ? 5 ans ? Il faut prendre des décisions aujourd’hui pour ton « moi du futur ». Être en santé n’est pas difficile, la retrouver non plus (on s’entend bien sûr, ce blog est sans prétention pour les personnes dotées de plus de deux neurones et je sais que tu en fais partie, ndlr). C’est juste une question de prise de décisions et d’être fort face à ce que nous propose notre société lobotomisante. Aliénante ? J’hésite encore, sur l’adjectif.

 

 

 

avancer, pour toi, pour demain

Alors oui, se faire violence dans nos mauvaises habitudes pour en adopter de nouvelles, qui vont servir plutôt que desservir notre santé ce n’est pas évident, mais c’est pourtant par là qu’il faut aller si nous voulons mettre toutes les chances de notre côté.

 

Sortir de notre zone de confort, apprendre de nouvelles choses pour réveiller notre cerveau qui ne demande pourtant qu’à être stimulé, couper tous les écrans à partir de 21h pour retrouver un sommeil de qualité, dire non aux frites ce jour là car on sait que notre corps à besoin de fruits et légumes après le gâteau de la veille, aller marcher alors qu’il pleut, descendre un arrêt de bus avant son travail (alors qu’il pleut toujours bordel !!!), ne pas s’exposer au soleil à outrance, ne pas s’infliger des situations stressantes lorsque celles-ci peuvent être évitées, ne pas mettre sa tête dans le micro-ondes (c’est pour voir si tu suis) … voici quelques exemples, mais en fait on sait tous au fond pourquoi ce symptôme-ci ou celui-là apparaît : nous avons pris de mauvaises habitudes en dehors de ce pourquoi nous sommes à la base faits, et c’est notre responsabilité.

 

Attention, je n’ai pas dit culpabilité qui, elle, est la sœur jumelle de la « perte de temps ».

 

Et il est aussi en toute logique de notre responsabilité de sortir de cette situation. C’est fait, maintenant qu’on sait, on agit. Prendre soin de soi est un devoir envers nous-mêmes, pas un luxe. Investir dans sa santé n’a pas de prix, car sans elle plus de loisirs, plus de voyages, plus d’amis, plus de vie. Elle est bien trop précieuse pour être passée au second plan.

 

 

 

Révolutionner sa vie avec de petits changements

Oui, mais sans pour autant virer hystérique, car le stress est contre productif.

 

Laisse-moi te conter une petite histoire : C’est deux gars, deux potes, qui marchent sur la plage derrière le Mont Saint-Michel. Ce sont des touristes, donc ils ne sont pas au courant qu’il y a des sables mouvants à cet endroit, et bien sûr, ils se retrouvent tous deux enfoncés dans le sable jusqu’au genoux. Le premier se rend compte qu’il est empêtré et panique, il n’a plus l’esprit clair, il bouge dans tous les sens et se retrouve enseveli jusqu’à la taille. Le deuxième fait le même constat, mais tente de dégager une première jambe avant de s’attaquer à la seconde. Bien sûr l’histoire se finit bien puisque le copain numéro deux aidera le premier à se sortir du pétrin.

 

Aujourd’hui, entre la pollution, notre alimentation industrielle, notre sédentarité, notre manque d’intérêt à la culture, notre stress, nous sommes les deux pieds ensevelis jusqu’au genoux. Or, il n’est pas question de révolutionner notre quotidien du tout au tout car nous ne tiendrons pas la distance (ou t’auras plus de vie sociale, ndlr). Faisons comme le gars numéro deux, une jambe après l’autre, retrouvons l’essentiel.

 

 

 

 

 

 

 

Bien-sûr je me dois dans cet article de te rappeler une nouvelle fois ce pourquoi nous sommes faits, nous, l’Homo Sapiens Sapiens : courir tout nu dans les bois !

Ah oui c’est mon petit côté nudiste, faire ses courses chez Monop’ dans le plus simple appareil, le porte-monnaie là où tu imagines, mais sans oublier le sac réutilisable tout de même ! À poil, mais écolo !

 

Notre « pourquoi » nous apporte la motivation qui nous sert de départ, l’habitude nous fait continuer. C’est ton « pourquoi » qui fait que tu entreprends, et accessoirement réussis dans ta vie.

 

Transcendons nos habitudes au plus près de notre nature intrinsèque, où se trouve le bonheur de vivre. Il nous suffit de quelques semaines pour sortir de ce marasme et retrouver notre liberté. Oui, sortir de la matrice, c’est la liberté. Ça vaut le coup de se bouger.

 

Et toi, que vas tu changer dans ton quotidien pour faire un cadeau à ton corps ? À ta santé ?

 

Bisous motivés ☀️

 

IMG 4411 - Prendre soin de sa santé, pour de bon.

St Raphaël, Côte d’Azur, France.

Comments

  1. danielle
    15 Mars 2019 / 1 h 48

    Tu nous aides tous et toutes a sortir du petrin avec ton blog ….. merci qui? Merci caro, oeuf corse …..

  2. Anthéa
    15 Mars 2019 / 21 h 14

    Rassures-toi, tu n’es pas la seule à n’avoir jamais vu un seul épisode de GOT (et oui mamie a deviné qu’il s’agit de game of thrones). Je pense avoir trouvé mon pourquoi car je me sens bien. Moi, je veux me lever en bonne santé tous les matins pour profiter de chaque moment de bonheur: voir le lever de soleil, écouter le gazouillis des oiseaux, aller marcher avec une copine, préparer un bon petit plat, lire un livre… des tas de petits plaisirs qui font le grand bonheur! Pour garder le moral, je ne me fixe que des objectifs réalisables, quitte à avancer par paliers. S’occuper de soi et de l’essentiel, ton article me convient parfaitement. Bravo pour ton blog!

    • 15 Mars 2019 / 23 h 43

      Je ne suis donc pas le seul être humain sur Terre à être « has been » alors, ça me rassure, il y a quelques irréductibles à GOT! lol 😁

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.