As-tu tout bien fait pour tes tattoos ?

 

 

 

 

« J’adore et admire tous ceux qui sont différents. J’aime ça. Le « jet set » est banal. Le « bon goût » est banal. L’excentricité est chic. Le bon goût paralyse. Mais la mode du punk ou de la rue ou un corps couvert de tatouage, c’est intéressant pour moi, et j’adore ».

Jean-Paul Gaultier.

 

 

 

 

 

Salut à toi, jeune Padawan

 

 

Aujourd’hui, nous allons parler soin du tatouage, de A à Z. Si tu veux avoir de beaux tattoos, c’est par ici, mon cui-cui.

 

Un tatouage, c’est comme une jupe courte. Seules des âmes intolérantes, aux vies inaccomplies et vides de sens y voient un problème ; car ne vont juger les autres que ceux qui ont un manque dans leur existence. C’est marrant de constater que celui qui montre du doigt est parfois le même qui va partouzer dans les pires endroits sordides, dans la plus grande discrétion. « Occupe-toi de ton derrière », disait ma grand-mère (et je t’épargne un peu car elle disait « cul », ndlr). Maintenant qu’on a posé l’ambiance tel un éléphant au rayon porcelaine d’une boutique d’art de la table à Limoges (bisous aux Limougeauds, ndlr), un peu d’histoire.

 

L’art du tatouage, c’est un peu comme le maquillage : c’est tout sauf moderne. Si tu voulais être à la mode, c’est loupé, car avec un dauphin dans le bas du dos tu es plus proche en termes de swag de Neandertal que de Kim Kardashian. C’est comme Cléopâtre, sais-tu qu’elle est plus proche du premier IPhone que des dernières pyramides ? On en apprend des trucs de fou sur ce blog !

Pardon, en effet, disais-je, le tatouage est une pratique attestée en Eurasie depuis le Néolithique, et la mort d’« Ötzi », l’homme des glaces découvert gelé dans les Alpes italo-autrichiennes, soit le premier tatoué-congelé, a été datée vers 3500 avant Jean-Claude (oh ça va hein, je sais que tu as souri, ndlr).

Autrefois d’encre de Chine, de charbon ou de suif, nous avons aujourd’hui la chance d’avoir de très belles encres avec un recul sanitaire sur plusieurs décennies, de très beaux rendus dans le temps, mais aussi de nouvelles techniques du genre blacklight (tatouage UV). Il y en a donc pour tous les goûts, toutes les technologies, toutes les couleurs, la seule limite est celle de notre imagination et de celle de notre tatoueur. (cf wikipédia pour sortir du mode « Jean-Michel Racontemal », et avoir plus d’infos sur l’histoire très intéressante et millénaire du tatouage, ndlr).

 

Un dernier petit mot avant de passer à l’article : il va de soi qu’on ne se fait pas tatouer dans les mêmes endroits sordides que cités plus haut ; qu’une fois l’artiste choisi, on prend soin de voir si sa personnalité colle à la nôtre, c’est-à-dire que même si c’est l’artiste de tes rêves, si tu te sens extrêmement mal à l’aise, que tu n’arrives pas à lui expliquer ce que tu souhaites ou que lui ne te comprends pas : Tu n’auras pas ce que tu veux. On parle d’une œuvre qui va rester sur ta peau jusqu’à ton dernier souffle, ce n’est pas un maquillage que tu peux enlever à l’eau le soir venu, alors attention à la communication.
Enfin : si tu le fais à 20 ans, pense à ton « moi » de 40, de 60, de 80 ans. Est-ce que tu assumeras toujours ce dessin un peu enfantin, ces initiales sur ton décolleté, ce « Jaimie Telaire » sur l’omoplate pour faire rire les copains à la fac, ce portrait de ton ex sur la fesse droite en 15 par 25, ce « Bernard Forever » … et si ce n’était pas forever ? Et si tu ne devais sortir qu’avec des « Bernard » jusqu’à la fin de ta vie ? Tu vois où je veux en venir ? Je pense que oui.

Enfin, un avertissement rapide, rien ne vaut les conseils de ton tatoueur. Après tout, ce sont des experts et ils suivent tous leurs clients tout au long du processus de guérison. Différentes encres et aiguilles nécessiteront des soins différents, donc si ton artiste contredit quoi que ce soit ici, écoute-le. Place à l’article.

 

 

 

 

IMG 8994 jpg scaled - As-tu tout bien fait pour tes tattoos ?

 

 

 

 

De deux jours avant, à deux jours après.

Le B.A-BA :

 

Deux jours avant de se faire tatouer, on se fait un petit gommage sur la zone concernée, puis on hydrate. Ça enlève le surplus de peaux mortes et aidera à une meilleure cicatrisation. Pourquoi pas la veille ou le jour J ? Car on n’arrive pas avec une peau micro-lésée chez son tatoueur.

 

Côté hygiène de vie, avant et après : on mange bien, ni trop, ni trop gras, ni trop sucré, pas d’alcool, pas de drogue, on évite les médocs qui fluidifient le sang genre aspirine, on se couche tôt, on arrive en bonne santé et en forme, propre, avec une peau et un moral qui va bien. En clair, tu l’auras compris : du bon sens.

 

Le jour J, ton tatoueur t’appliquera un baume ainsi qu’un film sur ton nouveau tattoo, il te dira quand le retirer, tu pourras à ce moment là le laisser à l’air libre, puis le soir venu, il est temps de t’en occuper, mais pas trop. La juste dose.

 

– Règle numéro un : à l’air libre, le plus possible, car un tattoo, c’est avant tout une lésion de la peau qui a été griffée à répétition, un bobo. Je sais que les anciennes écoles nous ont fait l’éloge du tattoo enrubanné dans du film avec je ne sais quelle crème cicatrisante, mais, encore une fois, le bon sens : lorsque tu te blesses, tu remarques que ta cicatrisation est toujours plus belle et plus rapide si tu laisses ton corps faire et que le bobo est à l’air libre (nous ne parlons pas ici de fracture ouverte du tibia, mais d’un bobo, ndlr). Or, le tattoo enrubanné dans de la cellophane et avec de la crème cicatrisante a cet inconvénient de flouter les bords et grossir les traits, je l’ai testé moi-même sur mes premiers tattoos et j’ai vu la différence quand j’ai changé d’approche. Après, tu fais bien comme tu veux, chacun ses croyances, ses écoles, son expérience, son corps, tout simplement.

 

– Règle numéro deux : PAS DE SOLEIL. Ni pendant la cicatrisation, ni après. Si tu veux que ton tatouage garde un beau rendu, de belles couleurs pour le reste de ta vie, ce sera protection solaire à chaque fois qu’il n’aura pas de vêtement pour le recouvrir.

 

-Règle numéro trois : Ni plage, ni bain, ni eau de mer, ni piscine… du bon sens !! On évite aussi les parfums chimiques si on y est sensible, et on choisit des gels douches et crèmes hydratantes sans parfum.

 

 

Le soin :

 

1 – Le soir même, un nettoyage avec un nettoyant doux. Soit ton gel nettoyant doux visage habituel, ou un savon doux et neutre classique. À titre d’exemple, car n’importe quel nettoyant doux moussant fera l’affaire : J’utilise soit le gel nettoyant « Kora organics » (trouvable aux USA chez sephora, en Europe chez Net-à-porter…) soit le savon doux miel-citron de « Stop the water while using me » (chez ecco-verde, zalando, ou sur leur site directement).

On rince bien, on tamponne avec une serviette propre et douce pour ne pas agresser la peau. (Pour les peaux sensibles : un spray d’eau d’Avène bien généreux, pour dérougir la peau et enlever les éventuels résidus de chlore et/ou de calcaire, avant de tamponner avec la-dite serviette propre).

 

2 – Un pschitt de spray antiseptique (ici le spray antiseptique incolore de mercurochrome).

 

3 – Crème cicatrisante (j’utilise la Dermalibour d’A-Derma, car elle est assainissante mais aussi apaisante, grâce à l’avoine qu’elle contient – Sinon tu peux aussi prendre celle que te propose ton tatoueur, par exemple). Si peau sensible ou sèche : tapoter avant la crème cicatrisante une fine couche de crème hydratante (ici Atlantic Kelp de Ren, ou Hand balm Lemon Honey de Stop the water..).

 

Essayer de laisser à l’air libre le plus possible. Renouveler ce petit rituel deux fois par jour, puis régulièrement au cours de la journée, mettre une fine couche de crème, soit cicatrisante soit hydratante suivant les besoins de la peau, aussi souvent que nécessaire.

 

 

Questions d’usage concernant les deux premiers jours : Ça suinte ? C’est normal. On retrouve de l’encre sur les draps ou l’oreiller ? C’est normal. La peau est un peu chaude et brûle légèrement ? C’est normal. Bienvenue au club des peaux sensibles.

 

Ton tatouage va former progressivement une croûte qui va peler. Le processus va durer environ une semaine à dix jours. Le résultat définitif prendra, lui, environ 6 mois. L’encre noire va virer dans un magnifique gris-bleu ou gris-vert, plus ou moins foncé suivant l’acidité de ta peau et ton hygiène de vie.

 

 

 

 

IMG 8999 jpg scaled - As-tu tout bien fait pour tes tattoos ?

 

 

 

 

Du jour trois, au reste de ta vie

À partir du jour 3 ta peau dérougit, n’est plus chaude, et une croute commence à se former. Ne pas toucher, trifouiller ou quoi que ce soit, cela va sans dire donc je le préfère le dire quand même, et si un jour il m’arrive d’avoir une cicatrisation plus lente : je garderai le premier rituel jusqu’à ce que la peau en soit à ce stade, œuf corse.

 

À partir de ce jour 3, disais-je, je passe à un seul nettoyage par jour, j’arrête la crème cicatrisante car la croûte s’est formée (et ces produits ne sont pas assez hydratants pour ma peau à tendance sèche, déshydratée et sensible, ndlr), mais j’attaque en force sur l’hydratation, et c’est là que tout se joue.

 

1 – Le matin, je nettoie, spray d’eau d’Avène, et taponne légèrement avec une serviette propre, puis sur peau toujours bien humide :

 

2 – Acide hyaluronique. C’est LE secret d’une peau qui récupère vite, bien et beau. LE secret pour garder de belles couleurs, récupérer une peau saine et un trait qui ne bave pas. J’utilise donc un sérum visage à base d’acide hyaluronique sur mon tattoo croûté, lol, pour cela, il y a différentes options. Celle qui marche le plus, car elle a un complexe réparateur cellulaire, mais est aussi un peu (beaucoup) chère (sache qu’il est possible de l’avoir à -25% chez sephora régulièrement, ou -30% chez Marionnaud, donc ne l’achète jamais au pris fort, ndlr), il s’agit de l’ANR (advanced night repair) de Estée Lauder (la nouvelle formule sortie il y a quelques mois est non testée sur les animaux, FYI, ndlr). Si tu cherches une solution moins cher, il y a la lotion Goku Jyun de Hada Labo sur le site Yesstyle (il y a toujours la réduction de 5% avec le code CHILLBYCARO, ndlr), le sérum Hyaluronic Booster de Paula’s choice, celui d’Evolve beauty, ou celui de The Ordinary à 6,80 €.

 

3 – Crème hydratante de suite après sans laisser sécher, puis tout au long de la journée quand je sens que la peau tiraille. Je suis toujours sur la REN (Atlantic Kelp) ou la Stop the Water.. (Lemon Honey hand cream) car elles contiennent toutes les deux des agents nourrissants ET hydratants. N’importe quelle crème contenant ces deux essentiels fera l’affaire.
Si ta peau n’est pas aussi sèche que la mienne, une crème-gel à la centella asiatica (agent réparateur) pourra te convenir, par exemple la medicica calming cream de Skin & Lab sur Yesstyle.

 

 

Au bout de 10 jours et ce pour le reste de ta vie, deux petits gestes : Après chaque douche, simple hydratation du ou des tatouages, et si ceux-ci sont exposés au soleil (attendre plusieurs mois avant d’exposer un tatouage): un SPF 50. La crème hydratante et la crème solaire de ton choix fera l’affaire. Si tu n’aimes pas l’effet gras des crèmes solaires, essaies la Sunprise de Etude House, sur Yesstyle.

Règle d’or : Je ne voulais pas me répéter mais je vais le faire quand même, ne jamais exposer un tattoo au soleil, au risque de voir celui-ci partir en live : Couleurs qui ternissent, traits qui épaississent, floutent, disparaissent à certains endroits …

 

Pour apporter un joli effet brillant et qui sent bon à la peau, le tout 100% naturel, la Elbow grease de Lush est super, sent la fleur d’oranger, mais pas dispo à l’année, sinon ils ont plein de belles barres de massage naturelles et nourrissantes. Elles apportent aussi souplesse et nutrition aux peaux sèches.

 

 

 

 

 

Voilà, si avec ça tu n’as pas les plus beaux tatouages de toute la galaxie, je mange ma casquette. Alors déconne pas hein, surtout avec le soleil.

 

Et quoi que nous fassions de notre vie, rappelons-nous que, tatoué ou pas tatoué, « Nous recevons tous au berceau les croyances de notre tribu en tatouage ; la marque peut sembler superficielle, elle est indélébile ».
Oliver Wendell Holmes.

 

 

Salutations artistiques 🧴

 

 

 

 

IMG 9009 jpg scaled - As-tu tout bien fait pour tes tattoos ?

Une fois cicatrisé, si tu hydrates et protèges ton tattoo avec un SPF, ton trait restera relativement semblable au rendu initial après plusieurs années, comme ici, et ce pour le reste de ta vie.

Comments

  1. Danielle
    11 décembre 2020 / 5 h 05

    J’aime bcp Jean-Paul Gaultier.

    Es tu jamais allee chez tintin, le tatoueur ? Je me souviens lorsque j’ai fait faire le mien, mon fils a pense que c’etait un faux … et surprise, non.

    Lui a une tour Eiffel de 12 inches sur les cotes, ouch…

    • 11 décembre 2020 / 19 h 31

      La classe, une Tour Eiffel. Tin-tin, peut-être un jour. Mon life goal, c’est plutôt de profiter d’un voyage à L.A pour avoir un tattoo de Kat von D (ou l’inverse, lol). Je sais déjà quoi, et où, y’a plus qu’à !! 😁✌🏻

  2. Anthéa
    13 décembre 2020 / 11 h 26

    Moi aussi j’aime bien Jean-Paul Gaultier, ce qu’il a dit me plaît. Je ne suis pas concernée par les tatouages mais j’ai pris plaisir à lire ton article… j’aime me cultiver dans tous les domaines… et comme d’habitude avec tes petites notes d’humour que j’aime tant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.