La soupe du sportif, mais pas que !

 

 

 

 

 

 

 

Salut à toi, jeune Padawan

 

 

Il neige un petit peu partout ou partout un petit peu, à toi la luge, le ski, la rando dans la neige, les longues balades en raquettes (non, j’ai pas dit raclette!), voir pourquoi pas les vacances au ski si tu es chanceux ou que comme moi tu as choisi d’habiter non loin des pistes, bref le sport d’hiver est un vrai plaisir.

 

L’hiver étant ma saison préférée je suis un peu tous les matins comme un môme le jour de Noël : hystérique. Désolée pour toi si ce n’est pas le cas, il en faut pour tout le monde, et puis je te rappelle que tu as eu de chouettes recettes cet été ici sur le blog. Si, si.

 

Faire du sport en hiver, ski ou pas, implique de ne pas oublier de s’alimenter en vitamines, certes, mais également en protéines et en oligo-éléments. Car la soupe de légumes classique, quand tu as passé ta journée assis derrière un écran ou à faire du jardinage, peut-être, mais quand tu as nagé 4 kilomètres en dos ou boxé dans un sac pendant deux heures, elle te fait sourire, la soupe de légumes : « après la boisson, c’est quoi qu’on mange ? » va te dire ton estomac, et c’est bien normal. Nous devons adapter notre nourriture à nos dépenses caloriques. Et en hiver, il fait faim !

 

Et si tu n’es pas sportif, la saison du string à paillettes est certes encore loin mais ce n’est pas une raison pour abandonner nos bonnes habitudes, surtout si tu ne veux pas à avoir à manger de la salade de concombre pendant les 3 mois précédent ton arrivée sur la plage. On s’est compris ? Je pense que oui.

De plus, lorsque tu liras les ingrédients et surtout les épices choisies, si tu te rappelles mon article sur l’alimentation anti-inflammatoire, tu comprendras le message subliminal en mode « soirée test » de ta St Valentin. Après tout, c’est pour bientôt. Gingembre… On s’est compris ? Je pense que oui.

 

Et c’est là que ma « magic’ sou-soupe d’hiver » entre en scène. Pas de panique cher ogre adoré, j’en ai une bien bonne pour toi, non pas une blague, mais une vraie bonne soupe qui tient au corps et réchauffe l’âme. Que même que quand tu auras mangé tout ça tu seras repu et heureux, car si tu calcules les macros tu constateras que cette soupe est plus que raisonnable.

 

 

 

La courge butterkin

C’est un croisement entre une citrouille et une courge Butternut.

 

Tu n’as pas compris le jeu de mots ? butternut + pumpkin = butterkin. Ça y est ? Promis c’est pas moi qui lui ai trouvé son nom. Comment ça tu es « étonné car c’est pourtant tout pourri » ?! Un peu de respect, je m’en vais te donner le secret de la recette de soupe du sportif hivernal de la mort qui tue. Avec ça tu vas courir tellement vite que même ton ombre ne pourra pas te suivre.

 

Riche en potassium, phosphore et calcium, elle est également source de vitamine B6 et vitamine C. Source de fibres, on note enfin la présence de fer et de manganèse.

 

 

 

Le quinoa

Non le quinoa n’est pas vraiment une céréale, c’est une espèce de plante herbacée annuelle de la famille des Amaranthaceae.

 

Il est avant tout riche en protéines et l’un des aliments végétaux qui contiennent les neuf acides aminés essentiels. Sans gluten, il est également riche en fibres, magnésium, vitamines B, fer, potassium, calcium, phosphore, vitamine E et divers antioxydants bénéfiques.

 

 

 

IMG 4572 - La soupe du sportif, mais pas que !

 

 

 

Soupe d’hiver aux épices indiennes

 

Pour 3-4 personnes

 

80g de quinoa
90g de lentilles corail
1 cuillère à soupe d’huile d’olive
1 oignon
2 carottes
¼ de courge butterkin
250 ml de lait de coco
1 litre d’eau
2 cuillère à café de gingembre en poudre ou 2 cm de gingembre frais (une phalange de petit doigt)
2 cuillères à soupe de concentré de tomate
3 cuillères à soupe de pâte de curry jaune
1 cuillère à café de coriandre en poudre
1 cuillère à café de cumin
1 cuillère à soupe de poudre de curcuma (ou 1/2 morceau de curcuma frais)
4 graines de cardamome
Une licorne (c’est pour voir si tu suis…)
1/2 cuillère à café de sel
1/2 cuillère à café de poivre noir de Madagascar

 

Accompagnement :
8 poignées de mâche
4 cuillères à soupe de vinaigre balsamique
1 cuillère à soupe d’huile de noix
4 noix de grenoble
Graines germées de mâche ou brocolis

 

 

 

LA RECETTE

Avant tout : Faire tremper les lentilles corail minimum 4 heures dans un grand bol d’eau.

 

Placer le quinoa dans un chinois étamine et bien le rincer à l’eau claire (la passoire classique à de trop gros trous). Tu n’as pas de chinois étamine ? Dispose un torchon propre dans le fond de ta passoire pour empêcher le quinoa de passer au travers.

 

Dans une casserole, faire cuire les lentilles corail 4 minutes dans de l’eau bouillante. Égoutter et réserver.
Faire cuire également le quinoa 10 minutes dans de l’eau bouillante avec 2 cardamomes écrasées avec l’aplat du couteau sur une planche à découper. Égoutter et réserver.

 

Hacher finement l’oignon, couper les carottes en deux dans le sens de la longueur puis en rondelles (pour obtenir des demi cercles) et le quart de butterkin en petits dés. Ne rien éplucher si c’est du bio (sauf l’oignon bien sûr mon petit, essaie de suivre. Et sauf les pépins du quart de butterkin, évidemment !).

 

Dans un faitout, ou la gamelle de ta grand mère, verser l’huile d’olive et l’oignon et faire dorer pendant 5 minutes à feu fort. Ajouter les carottes, poursuivre la cuisson à feu moyen-fort pendant 5 minutes.

 

Ajouter ensuite les morceaux de butterkin, laisser cuire 5 minutes à nouveau puis ajouter l’eau de coco, l’ensemble des épices à savoir : les 2 cardamomes restantes (préalablement écrasées avec l’aplat d’un couteau), le gingembre en poudre (ou frais haché avec un presse-ail), le concentré de tomate, le cumin, la coriandre, le curcuma en poudre (ou frais haché avec un presse-ail), la pâte de curry jaune et bien mélanger le tout.

 

A la reprise de l’ébullition, ajouter l’eau, toujours sur feu moyen-fort.

 

Une fois que le mélange bout à nouveau, ajouter le quinoa et les lentilles corail, attendre 2 ou 3 minutes et couper le feu. Gôuter sans se brûler, ajouter sel, poivre et rectifier le dosage d’épices au besoin. Partir à la recherche des 2 cardamomes et les retirer de la soupe.

 

 

 

IMG 4578 - La soupe du sportif, mais pas que !

 

 

DRESSAGE

Non, on ne mouline pas. Tu as encore des dents ? Oui ? Alors garde le mouliné pour quand tu les poseras sur la table de nuit avant de t’endormir. Pour l’heure, on mâche. Y’a pas de quoi, signé ta satiété.

 

Dans ton plus joli bol ou assiette creuse, disposer deux louches de soupe avec la grâce de la Reine des Neiges #libérerdéliverlequinoa

 

Préparer à côté un bol de mâche, avec noix, graines germées, un filet d’huile de noix et vinaigre balsamique.

 

Tu peux aussi disposer des graines germées sur ta soupe, pour la petite touche de couleur, c’est délicieux avec le mélange d’épices.

 

 

 

 

 

 

Et ainsi te voilà repus, réchauffé et le sourire au lèvres tel un bon buddha à qui on a raconté une blague.

 

Je t’entends derrière ton écran, tu veux une petite blague. Mon humour étant plutôt bien gras, bien lourd, en dessous de la ceinture (et donc totalement inadapté au bots de google, ndlr.), afin de ne pas me faire striker, voici une petite blague à raconter à tes gamins ou tes collègues :

 

« Quelle ressemblance y a-t-il entre un thermomètre et un professeur ?
On tremble quand ils marquent zéro. » 

 

 

Voilà voilà ! Oh, c’est mignon, allez fais pas ton déçu !

 

Belle fin de semaine à toi et à jeudi mon ami(e).

 

 

Bisous chaleureux 🎃

 

 

IMG 4577 - La soupe du sportif, mais pas que !

Dans le tumulte de la vie quotidienne hivernale, une belle soupe épicée saura te faire voir la vie en couleurs !

Comments

  1. danielle shifman
    25 Janvier 2019 / 0 h 53

    Ah bravo la soupe a la licorne …. le reste j’adore, mes soupes fav en grandissant en france etaient la soupe aux lentilles et la soupe au potiron. Mon grand pere me disait toujours que je vendrais mon titre d’ainee pour une soupe aux lentilles …. ( ma soeur n’aurait attendu que ca mdr )
    je ne mettrais peut etre pas tous les ingredients, le brocoli, marre, mais je vais confectionner une bonne petite soupe hivernale. merci caro.

    ps: j’adore les balades raclettes

    • 25 Janvier 2019 / 21 h 22

      Avec plaisir ! Les recettes sont là aussi pour trouver de l’inspiration et ensuite laisser son propre génie créatif opérer !👩🏻‍🍳

  2. Anthéa
    25 Janvier 2019 / 17 h 35

    Chez moi il ne neige pas du tout, c’est l’avantage de la Côte d’Azur… jaloux hein? Mais comme il fait tout de même un peu frisquet, et après une belle randonnée, je me régalerai de cette “magic’ sou-soupe d’hiver” devant un feu de cheminée, en prévision du futur string à paillettes! Super ton astuce du torchon au fond de la passoire, j’avais le même problème avec le riz. Décidément, ton blog est vraiment plein d’astuces et toujours agréable à lire grâce à tes bons mots. Un véritable moment de bonheur. Heureusement que Danielle est là, je n’avais pas vu l’ingrédient « licorne » Hi, hi, hi…! Très mignonne la blaguounette de fin, je la raconterai aux copains.

    • 25 Janvier 2019 / 21 h 23

      Il ne faut pas le louper cet ingrédient là, sinon la recette est ratée !! 😂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.