Le quatre heures des champions, et son Sobacha

 

 

 

 

 

Salut à toi, jeune Padawan

 

 

 

Tu profites de l’hiver pour te faire une belle cure de pommes mais c’est bientôt la fin de la saison, certaines d’entre elles sont déjà farineuses et tu ne sais pas quoi en faire ?

 

Pas d’inquiétude, nous allons légèrement transformer ces trésors de la nature en dessert/snack de la mort qui tue, tellement délicieux que tu le préfèreras à une part de galette. Si, si, je t’assure, goûte avant de lever les yeux au ciel.

 

Et vu qu’on se les caille, on va aussi se faire une petite boisson chaude reminéralisante pour la peine. Connais-tu le thé de sarrasin, communément appelé le « Sobacha » ?

 

 

 

Le Sobacha

Ce que j’adore chez les japonais, c’est qu’ils sont factuels, sans fioriture : soba (sarrasin) et cha (thé) en japonais. C’est donc un « thé » ou plutôt une infusion puisque, pour les trois au fond de la salle calés près du radiateur, il n’y a pas de théine dans le sarrasin, oeuf corse. Il n’y a pas de gluten non plus.

 

En effet grâce au sarrasin, appelé à tort « blé noir » puisque c’est en fait un polygonacée cousin de la rhubarbe et de l’oseille, cette infusion regorge de bienfaits. Très riche en antioxydants et tout particulièrement en rutine, un bioflavonoïde qui se révèle excellente pour la circulation sanguine et la protection des petits vaisseaux et capillaires sanguins. Elle pourrait même aider à soulager les sensations de jambes lourdes car en infusion le sobacha possède des effets drainants.

 

Avec sa délicate saveur de noisette et note de céréales, c’est une boisson clé en hiver puisque bourrée d’antioxydants, de magnésium, de vitamines du groupe B et autres minéraux type calcium, potassium…

 

 

 

La pomme

Pourtant excellente source de vitamine C et antioxydants divers et variés, ce que tu dois retenir avant tout de la pomme est qu’elle est la meilleure amie de ton foie, grâce à sa teneur en fructose et sorbitol d’une part, et de ton intestin, grâce aux polyphénols et quercétine, deux antioxydants, et à la pectine, qui a la capacité de capter les métaux lourds d’autre part (lourd comme l’humour de ton fidèle serviteur, ndlr).

 

Alors bien sûr l’idéal est de la consommer crue et avec la peau si elle est bio, c’est à dire cultivée avec le moins de pesticides possible.

 

Mais là c’est l’hiver, les pommes commencent à être farineuses et je tente une recette pour t’éviter de craquer sur la galette de trop qui elle, désolée de t’en informer, ne contient pas d’antioxydant. Je sais, tu me détestes.

 

 

 

la cannelle

Je t’en ai déjà parlé ici, mais voici un petit résumé pour ceux qui n’étaient pas avec nous cet été :

 

En plus d’être anti-inflammatoire et de calmer les brûlures d’estomac, la cannelle possède des propriétés antibactériennes, anti-virus, anti parasitaires et antiseptiques. Elle contribue à réguler le taux de sucre dans le sang et contient également de la manganèse et du fer.

 

Plus de la moitié de son poids est constitué de fibre, c’est également une panacée pour la flore intestinale. Ses vertus aident notre organisme à lutter contre les problèmes de digestion et réduisent les nausées (extrait de mon article-recette de salade de fruit).

 

 

 

IMG 4500 - Le quatre heures des champions, et son Sobacha

 

 

 

Bowl d’hiver et son Sobacha.

 

Pour une personne

 

100g de yaourt végétal nature non sucré type « sojade »

10g de noix de Savoie (ou 3 noix de taille moyenne)

1/2 banane de la maturité de ton choix (non je ne vais pas refaire de blague à ce sujet. Je mûris, vois-tu)

1/2 pomme farineuse, que tu ne savais pas quoi en faire

1 clou de girofle

3 pincées de vanille en poudre

1 cuil à c. de cannelle

4 cuil à s. d’eau

3 cuil à c. de graines de sarrasin (magasin bio, au rayon vrac)

1 filtre en tissu pour l’infusion (comme ceux vendus par « mariage frères » par exemple) ou en papier végétal biodégradable (comme ceux des « jardins de Gaïa« )

 

 

 

LA RECETTE

 

Une fois n’est pas coutume : éplucher la demie pomme (et manger la pelure), l’évider et la couper en petits morceaux de la taille d’une phalange de petit doigt, sans y laisser ta viande personnelle.

 

Dans une petite poêle anti-adhésive, placer l’eau et le clou de girofle à feu fort. Lorsque l’eau commence à frémir, disposer les morceaux de pommes, puis ajouter la vanille et la cannelle.

 

Faire cuire 5 min max en remuant une à deux fois et retirer du feu. Les pommes doivent être chaudes mais demeurer craquantes. Ôter le clou de girofle, sinon tu vas me haïr pour les 15 prochains siècles. Réserver.

 

Sortir les noix de leur coquille à l’aide d’un casse noix (car même si tu leur demande gentiment elles ne le feront pas toutes seules) et les concasser grossièrement à la main ou à l’aide d’un couteau.

 

Éplucher la demie banane et la couper en fines rondelles. Réserver.

 

Dans une poêle en fonte de préférence (les poêles anti-adhésives supportent mal le chauffage à vide) faire torréfier quelques secondes les graines de sarrasin jusqu’à ce quelles soient bien dorées mais pas noires. Ça se joue à quelques secondes alors reste bien attentif, puis les placer sur un torchon propre.

 

Nota : Tu peux torréfier tes graines de sarrasin en avance, pour cela il suffit de les placer dans un bocal une fois refroidies. Attention à ne pas en mettre trop dans ta poêle lorsque tu les torréfie (il ne doit y avoir qu’une fine couche en surface), il vaut mieux en cas de doute faire plusieurs tournées.

 

Placer l’infuseur dans la tasse, disposer les graines de sarrasin dans l’infuseur, y ajouter l’eau bouillante et laisser infuser à couvert au moins 10 minutes. Si ton mug n’a pas de couvercle, place une petite soucoupe ou une assiette dessus. Y’a pas de quoi.

 

 

 

IMG 8038 - Le quatre heures des champions, et son Sobacha

 

 

 

Dressage

Dans ton plus joli bol de présentation, dispose le yaourt végétal avec amour gloire et beauté (c’est à dire sans faire de gros prouts avec ta cuillère qui va salir le bol de part en part. Oui je suis maniaque, même avec toi mon coquin, car crois-moi c’est encore meilleur quand c’est bien présenté, ndlr).

 

Disposer les rondelles de banane les unes par-dessus les autres d’un coté, puis les pommes encore chaudes de l’autre en bordel, certes, mais joyeux et esthétique. Place enfin les noix au centre comme une petite frontière banano-pommiène. Si t’es un grand gourmand tu peux saupoudrer légèrement tes bananes de vanille ou de cannelle, ou les deux #pornfood.

 

 

 

 

 

Déguster le tout avec notre sobacha préparé et infusé avec amour, un plaid, un bon film et tu seras refait.

Tu vois, c’est pas si difficile de prendre soin de toi. A bon entendeur.

 

 

 

Bisous vanillés 🍎

 

 

 

IMG 4492 - Le quatre heures des champions, et son Sobacha

Comments

  1. Anthéa
    11 Janvier 2019 / 11 h 49

    Tu me fais aimer l’hiver… Après une petite randonnée, je dégusterai cette douceur, remplie de bonnes choses pour la santé, devant un bon feu de cheminée et puis je lirai un bon livre. Des petits bonheurs simples et bons. Elle est pas belle la vie!

    • 11 Janvier 2019 / 15 h 37

      Absolument, y’a plus qu’à! 😉 L’hiver est une merveilleuse saison propice à la tranquilité.

  2. danielle
    12 Janvier 2019 / 11 h 17

    ah les pommes cuites de mon enfance concoctees par les gramps, ils connaissaient leurs vertus aussi, pas aussi sophistique bien sur.

    au passage j’ai releve le oeuf corse…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.