Et si nous commencions par le début ?

 

 

 

 

“Mangeons pour nourrir notre corps, pas nos émotions.”
Anonyme.

 

 

 

 

 

 

Salut à toi, jeune Padawan

 

 

Tu as déjà entrepris moult régimes et ça a toujours donné le même résultat : reprise des kilos au bout du compte, avec une estime de soi dans les chaussettes. Au début ça marchait bien pourtant, mais que s’est-il passé ?

 

Comme nous en avons parlé sur de précédents articles, notamment ici, il n’est pas question que de volonté. Une personne en surpoids n’a pas moins de volonté qu’une personne mince, sinon tous les minces réussiraient leur vie et pas les gros. Or, les gens qui réussissent au niveau professionnel par exemple ne sont pas tous minces, c’est même loin d’être le cas. De nombreux millionnaires, chefs d’entreprises, avocats, inventeurs, artistes, ou scientifiques sont en surpoids. Donc ce n’est pas une question de volonté.

 

La différence entre un mince et un gros, c’est que le gros pense à la bouffe toute la journée, parfois de manière obsessionnelle, alors que le mince lui, s’en bat le beurre demi-sel à même la baratte. La différence est que le gros ne pose pas sa fourchette lorsqu’il n’a plus faim, il finit son assiette. La différence est une question d’hormones. Je le redis ici pour que ça imprime en lettres capitales : gère ton insuline et tu gèreras ta taille de slips.

 

Mais c’est comment qu’on fait ?!

 

Dans le billet de ce jour, on va faire un petit partage d’expérience qui ne va certes pas t’apporter la recette du régime miracle pour perdre 25 kg en 2 jours, mais en tout cas des clés pour réussir sur la durée à adopter une alimentation équilibrée et saine pour ta santé, et surtout faire la paix sur le long terme avec toi-même. Et ça, ça n’a pas de prix, que tu aies du poids à perdre où que tu sois dans le contrôle perpétuel pour maintenir ton poids. Le jour où tes hormones sont régulées, tu peux même maigrir en mangeant une pizza, car tu mangeras à ta faim, poseras ta fourchette au bon moment, comme un mince au naturel, et elle s’équilibrera sur ta semaine sans même que tu y portes attention.

 

 

 

 

On ne réussit pas dans l’urgence (sauf si t’es pompier)

Plus difficile à dire qu’à faire quand on est motivé, ou lorsqu’on ne se supporte plus. Le désespoir nous pousse à faire les mauvais choix. La motivation est une bonne chose, c’est la précipitation qui est dangereuse. Souvent on confond les deux et c’est dommage. À peine sommes-nous décidés à perdre du poids qu’on voudrait déjà rentrer dans ce jean, à peine le deuxième jour passé qu’on voudrait déjà que notre balance affiche 2 kg de moins, … Ceci est le mauvais chemin.

 

Le bon chemin est d’utiliser cette motivation pour changer de vie, car c’est de cela dont il s’agit, si tu veux perdre du poids durablement et devenir une personne mince pour le reste de ta vie. Souvent on pense qu’il s’agit d’une période momentanée durant laquelle on devra faire des efforts, c’est faux. Choisir de perdre du poids est un engagement au changement radical et total de vie. Je ne parle pas de dire adieu au chocolat, mais de dire adieu aux quantités inadaptées, même trop de salade ou trop de brocolis. Pour toujours. Tu poses la fourchette. Ne plus jamais manger si l’on n’a pas faim, même si cela fait sauter un repas, et de s’arrêter quand on n’a plus faim, même si c’est des légumes vapeur. Ce genre d’habitudes auxquelles un mince au naturel ne prête jamais attention, mais qui fait sourciller celui dans le contrôle perpétuel, ou celui en surpoids.

 

La motivation peut-être une vraie aide pour adopter les bons comportements qui vont te suivre tout le reste de ta vie, car tu sais pourquoi tu es en surpoids : à un moment donné dans ta vie, tu as mangé plus que ce que ton corps avait besoin. 100 kcal de trop, qu’elles soient de salsifis, de concombre ou de chocolat, c’est 100 kcal de stockées. Alors motive-toi à poser ta fourchette, tout en ajoutant des trucs, attends, je m’explique, lol.

 

 

 

 

Commencer par ajouter plutôt que d’enlever

La meilleure façon d’adopter de bonnes habitudes, ou même de redécouvrir la faim pour ceux qui n’y sont plus familiers, c’est de duper ton cerveau. Si tu t’affames avec un régime restrictif, tu vas certes redécouvrir rapidement ce qu’est la faim mais aussi la frustration. Et c’est donc ta volonté seule qui va gérer ce régime. Voilà pourquoi ça plante. Notre volonté à ses limites, mince ou gros. On ne se réveille pas le matin avec un nouveau stock de volonté tout neuf quand ça fait 3 mois qu’on lutte sans relâche.

 

Mais comment duper son cerveau alors ? En commençant ta démarche par ajouter de bon nutriments, tout en laissant les mauvaises quantités et les mauvais choix alimentaires à disposition, pour le moment. Et par la suite gérer les quantités, puis les mauvaises habitudes, ou l’inverse.

 

En commençant par ajouter par exemple des jus de légumes forts en minéraux le matin avant le petit dej, tu verras tes quantités de tartines baisser à vue d’œil. Je te parie que tu vas rapidement les diviser.

 

En ajoutant des crudités en entrée, avant le repas, une soupe miso ou un peu de tofu lactofermenté avant le diner, un fruit avant le gouter … Tu vois le principe ? Je pense que oui.

 

Puis, quand tu le sens, tu poses ta fourchette quand tu n’as plus faim. Peu importe que tu sois à l’entrée crudité ou à la quiche gras double. Plus faim ? On arrête. Quitte à remanger un petit bout une heure après si tu t’étais planté et que tu as a vraiment faim, toujours en recommençant par de bons nutriments.
Et si un jour tu as envie d’un gâteau ? Fais-le maison. Prépare-le avec de bons produits bio, du sucre de coco, des pépites de chocolat noir ou des bons citrons bio, avec amour, gloire et beauté. Et lorsque tu en mangeras, commences donc par des morceaux de pomme ou du fruit de ton choix avant ta part de gâteau.

 

Ces ajouts de bons nutriments vont être perçus comme de la profusion par ton cerveau alors que pourtant tu manges de moins en moins de malbouffe, et/ou moins en termes de quantités. De plus, en apportant ces bons nutriments et en les multipliant, tu vas basifier ton organisme, produire moins d’insuline et donc réduire tes envies du côté obscur de la force.

 

Réapprendre nos sensations de faim est la clé pour réussir. Et si tu es fatigué de garder en permanence le contrôle de ce que tu manges pour maintenir ton poids, ceci est également pour toi, notamment la notion de poser sa fourchette lorsqu’on n’a plus faim, et tu peux consulter aussi cet article sur l’index glycémique ou celui sur comment différencier les envies des besoins.

 

 

 

 

Se concentrer sur ce qu’on gagne plutôt que sur ce qu’on perd.

Plutôt que de te motiver en mode armée “no pain no gain”, même si j’aime bien le principe, il y a une autre solution qui permet de trouver une niaque sans faille : ouvrir les yeux sur ce qu’on a gagné, plutôt que sur le poids qu’on perd.

 

En ajoutant régulièrement et de plus en plus de bons nutriments dans ton alimentation jusque-là anarchique en termes de quantité ou de qualité, tu vois des effets quasi immédiats : tu es plus dynamique, plus serein, tu as meilleur moral, tu dors bien, tu n’es plus constipé, moins stressé, tu souris plus – ton bien-être général va t’étonner.

 

C’est fou ce que moins d’insuline et plus de vitamines dans le corps peuvent faire sur ton moral et ta forme !

 

Si tu as déjà lu quelques articles à la rubrique “se nourrir” puis “alimentation et santé” comme celui sur l’alimentation anti-inflammatoire ou celui sur le surpoids et ses mystères… ou pas ou encore celui sur nos intestins, tu vois de quoi je parle en terme d’alimentation santé. Il y a aussi nombre de recettes ici, l’index des recettes étant classé par type de plat (entrée, snack…) et en fonction de la saisonnalité.

 

Manger de saison est important, car la nature à ses raisons que ton corps, lui, connait.

 

Bien plus puissant que de la motivation ou qu’un souhait de rentrer dans une hypothétique taille zéro (qui ne rélèlera rien sur ton état de santé, ndlr), ce bien-être concret si précieux va te conduire non seulement à vouloir en prendre soin mais à en vouloir plus. Comme reprendre une activité physique par exemple.

 

 

 

 

 

 

 

Se réveiller en forme après une bonne nuit de sommeil, être énergique la journée et calme le soir. Avoir le moral en toute circonstance, la tête claire à trouver des solutions aux épreuves du quotidien avec sang froid , un système immunitaire fort te faisant passer hivers après hivers sans choper la crève, c’est ce qui devrait être la norme, si nous mangions ce dont notre corps à besoin en quantité et en qualité, et c’est ce qui t’attends si tu essaies.

 

Il te suffira d’entrevoir ce bien-être pour en être aussi accro que lorsque tu reprenais deux fois des frites. Ces dernières auront d’ailleurs moins de saveur avec le temps, pour le meilleur de ton bien-être physique et émotionnel.

 

Commençons par faire du bien à notre corps en lui apportant la sérénité dont il a besoin, en lui apportant du plus, vitaminé, frais et de saison, de bonnes graisses comme des oléagineux par exemple, des produits fermentés comme du miso, de la choucroute, ou du tofu lactofermenté pour tes intestins, et dans un deuxième temps il t’éloignera des vieux démons.

 

 

 

 

Alors, tu es prêt ? Et si nous commencions par le début ?

 

Bisous vitaminés 🍋

 

 

IMG 7343 scaled - Et si nous commencions par le début ?

 

Comments

  1. Danielle
    13 Mars 2020 / 1 h 30

    Comme d’habitude, j’attends le message du jeudi. Tout a l’air si simple quand je te lis, et drole en plus … j’adore la quiche gras double. Quelle trouvaille, bonne idee le fruit avant le dessert et les jus de legumes avant le petit dej, il fallait y penser, merci caro.

  2. Anthéa
    16 Mars 2020 / 13 h 07

    Parfois, quand je dois prendre mes repas à l’extérieur, je mange avec plaisir mais sans faim et j’ai une sensation d’estomac toujours plein comme si la digestion ne se mettait pas en route! J’ai remarqué que, quand je n’ai plus l’obligation d’avoir des horaires fixes pour les repas, j’ai plaisir à ne manger que quand j’ai faim. Il m’arrive même, si je suis bien occupée, d’oublier un repas car mon corps n’a rien réclamé! Si j’ai faim, je cuisine un vrai plat et je dresse la table… pour le plaisir des bonnes odeurs et des yeux! Mais aussi car j’ai remarqué que je mangeais moins quand je prenais le temps de cuisiner moi-même mon repas. C’est grâce à tes conseils dans tes différents articles que j’ai appris à écouter mon corps et je m’en porte mieux. Si je mène une vie plus saine et sereine, c’est aussi car tu as su trouver la bonne méthode (sérieuse mais amusante) pour que j’accepte de remettre en question mes certitudes et de penser différemment.

    • 17 Mars 2020 / 13 h 35

      Merci pour ton retour, c’est toujours avec plaisir 😁✌🏻 (et dans l’humour, oeuf corse !)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.