Zoom sur l’index glycémique et pourquoi c’est capital

 

 

 

 

…. Et je ne te parle pas d’Emmanuel Chain #blaguepourriemaisjassume

 

 

 

 

 

« On dit qu’il faut prendre son mal en patience.

Et si on prenait notre bien en urgence ?»

Ludovic Souliman.

 

 

 

Salut à toi, jeune Padawan

 

 

Aujourd’hui nous allons prendre la suite de mon article sur l’alimentation anti-inflammatoire et parler de la glycémie. En effet, on ne peut pas (plus ?) faire l’économie du savoir concernant notre santé et c’est encore plus vrai de nos jours, alors que nous avons tout dénaturé, tout pollulé de tout partout.

Savoir comment le corps humain fonctionne, puis apprendre à se connaitre pour savoir ce qui fonctionne ou non chez nous en particulier est essentiel. Et pour cela il faut avoir un minimum de notions sur l’alimentation inflammatoire, les intestins, le foie et il faut comprendre ce qui se trame au niveau de nos hormones et plus précisément de notre pancréas pour être en pleine santé.

 

 

 

l’insuline, mais c’est quoi qu’est-ce ?

Pour faire très simple : c’est une hormone protéique sécrétée par le pancréas.
Je te laisse 20 secondes avec le copain Wiki qui nous explique tout cela très bien : «L’insuline a un effet important sur le métabolisme des glucides, des lipides et des protéines en favorisant l’absorption du glucose présent dans le sang par les cellules adipeuses, les cellules du foie et celles des muscles squelettiques. Le glucose absorbé par ces tissus est converti en glycogène ou en triglycérides, voire en les deux à la fois dans le cas du foie. » (source Wikipédia).

 

On aura donc compris que l’insuline est une hormone qui régule le métabolisme des sucres et des graisses. Elle permet au foie et aux cellules musculaires de prendre le glucose présent dans le sang pour produire de l’énergie ou pour le stocker. L’insuline facilite aussi la transformation du glucose dans les cellules adipeuses sous forme de triglycérides.
Après un repas, un pic d’insuline est sécrété, généralement suivi d’une augmentation de la glycémie. Une fois que le glucose qui circule dans le sang entre dans les cellules productrices d’énergie ou est stocké, le niveau d’insuline redescend. Seule une infime quantité d’insuline résiduelle est nécessaire pour maintenir l’homéostasie du glucose.
C’est ce qui se passe dans le cadre d’une alimentation équilibrée.

 

 

 

Quand l’insuline fait balancer notre moral et notre forme

Tu as dû souvent l’entendre, le sucre appelle le sucre. Notre cerveau le reconnait, dans sa façon primitive de fonctionner, et nous encourage à y retourner car c’est sa nourriture à lui, il aime ça le sucre, notre cerveau, sauf qu’il n’a pas compris qu’aujourd’hui on prend des doses complètement décalées par rapport à notre milieu naturel d’origine #rahan.

 

– T’as jamais eu un bon vieux coup de barre des familles après déjeuner ? voilà voilà. Lorsque ce phénomène arrive la raison est simple : nous avons absorbé plus de sucres que notre corps avait besoin. C’est notre corps qui nous envoie un message et il faut savoir l’écouter pour faire de meilleurs choix par la suite. Mais la fatigue n’est pas le seul symptôme qui peut apparaitre, il y a bien plus gênant…

 

– L’insuline à une vraie incidence sur notre humeur, plus on mange des produits qui lui font faire les montagnes russes et plus on a tendance à morfler au niveau émotionnel. Baisse de moral, fatigue chronique, baisse de volonté…

 

– Enfin si le taux d’insuline dans le sang n’a jamais trop le temps de baisser entre chaque prise alimentaire on empêche par exemple les hormones de la satiété type leptine de faire leur entrée dans le game. Et là on se met à avoir plus faim que ce que notre corps à besoin, puis tout le temps faim sans raison.

 

– Cette faim n’est donc pas psychologique comme beaucoup de gourous du régime veulent nous le faire croire, mais une faim hormonale. Ça ne se règle donc pas à coup de volonté. Car même Rambo avec le plus grand mental du monde, au bout d’un moment il s’épuise. Oui c’est pour ça que tu fais le yoyo. Tiens toi bien accroché à l’élastique de ton slip car prochainement on va parler surpoids dans ce blog et traiter de l’aspect hormonal et physiologique justement.

 

 

 

si l’insuline s’emballe la santé en prend un coup

À chaque fois qu’on mange donc, notre corps produit ce qu’on appelle un pic d’insuline. Ainsi lorsqu’on mange trop souvent et trop riche notre organisme est sans cesse entrain d’en produire et l’organisme finit par fatiguer. Pas de repos pour le pancréas, cela finit par tourner au vinaigre et le diabète de type II arrive.

Il est capital d’être conscient de l’importance de prendre soin de son corps, notre unique véhicule pour tout le reste de notre vie et les excès, les exceptions, arrivent mais ça ne doit pas être une habitude. Et puis à quoi bon réveillonner si c’est déjà réveillon trois fois par semaine toute l’année ? lol.

 

 

 

La blagounette pour la faim

Sarcastique, bien sûr… voici ce que des scientifiques ont découvert :

– Les souris de laboratoire sont encore plus frénétiquement accro au sucre qu’à la cocaïne quand on leur laisse le choix entre les deux.

– Des scientifiques allemands ont découvert qu’on pouvait guérir certains autismes et la schizophrénie en faisant adopter aux patients un régime alimentaire dépourvu notamment de tout sucre industriel.

– Alzheimer est aussi appelé par les scientifiques « le diabète de type 3 ». Je te laisse deviner pourquoi.

– Le diabète de type II (appelé aussi diabète de type gras) est réversible. C’est à dire que ce n’est en aucun cas une maladie chronique. Une dizaine d’études à ce sujet ont prouvées que les patients qui recommencent à manger équilibré et à bouger un minimum ont retrouvé une prise de sang normale à plus ou moins court ou moyen terme.

 

 

 

Alors c’est quoi qu’on fait ?

Est-ce vraiement nécéssaire de te le (re)dire ? allez on va dire que oui, une mouche volait dans le fond de la salle ce qui fait que tu écoutais moins…

 

Tu me vois venir mon petit padawan, on va reparler de nudisme… et oui je me vois obligée encore une fois de te glisser ici (ne t’inquiètes pas tu ne sentiras rien) que nous sommes faits pour vivre tous nus dans la forêt, gratter la terre, attraper des petits animaux éventuellement (mmm! t’aimes ça les fourmis!) et bouffer des baies et des racines.
La nature n’avait pas anticipé qu’on allait raffiner et extraire la substance « sucre » à l’état pur pour la consommer. Résultat aujourd’hui on est dans la merde, mais l’important est d’être au courant. Car maintenant que tu le sais tu peux agir en conséquence pour t’en préserver un maximum et grader une santé de fer et un moral d’acier #ironman.

 

Petit aperçu, même si je ne doute pas une seconde que tu sais déjà qu’il faut y aller molo sur la pizza mais que les brocolis c’est bon (en tout cas pour ta santé lol), de ce à quoi ressemble un tableau IG :

 

 

IG Bas - Zoom sur l'index glycémique et pourquoi c'est capital

 

 

Donc on a dit gaffe au sucre mais on devient pas non plus un dingo obsédé. On peut lire un ou deux trucs sur l’index glycémique bas pour s’aider à s’informer si on n’y connait pas grand chose, on mange équilibré au quotidien, avec surtout le moins d’aliments transformés possible et puis lorsque qu’il y a l’anniversaire de la petite soeur, du grand oncle ou de la meilleure copine, si ça te fait envie de croquer dans une part de gâteau ou dans un bout de chocolat, c’est pas la mer à boire.

 

C’est aussi profitable de mettre son organisme au défi par moments, de lui changer ses habitudes. Ainsi, tu le renforces figure-toi. Prendre une douche froide, manger un morceau de chocolat, courir vite pendant 10 secondes de temps en temps (ou se mettre au fractionné), porter des baskets sans chaussette (ça renforce l’odorat de tes congénaires), se faire un bain de foule…

 

 

 

 

Alors la prochaine fois qu’un invité à Noël se permet une réflexion sur la longueur de ta part de bûche t’as qu’à lui répondre que tu renforces ton organisme.

 

 

Bisous IG bas.

 

 

 

Ps :  Si c’est un Noël entre potes et que tu peux tout te permettre, lance-lui un “l’important c’est pas la taille, c’est le goût!”. Plus jamais il n’osera te parler de la taille de ta bûche, crois-moi c’est du vécu.

 

 

IMG 3956 - Zoom sur l'index glycémique et pourquoi c'est capital

Street art, Eastern market, Detroit, Mi, USA.

Comments

  1. danielle shifman
    12 Octobre 2018 / 1 h 59

    J’aime bien renforcer mon organisme mdr …… Ce soir essaye la chayotte, super bonne contre le diabete, mais bon …… pas accro …… dommage ….,.. il est vrai que surtout aux usa, sucre partout et sel aussi, meme ou on ne s’y attend pas ….. lutte de tous les jours ….. surtrout si on a une ” dent sucree” comme on dit dans le coin ……

    • 12 Octobre 2018 / 14 h 25

      C’est la lutte finale lol !!
      Oui résistons, tout en renforçant de temps en temps notre organisme 😂

  2. Sabrina
    19 Octobre 2018 / 7 h 09

    Ça explique bien des choses… J’ai toujours su que la nourriture influait sur l’humeur mais sans prendre en compte cet aspect hormonal.
    Petite question sur le tableau d’IG: pourquoi la carotte crue est en vert et la carotte cuite en rouge. Il se passe quoi dans cette pauvre carotte quand on la cuit?

    • 19 Octobre 2018 / 18 h 39

      La carotte se “tranfsorme” en sucres lorsqu’on la cuit, c’est un peu comme les pâtes trop cuites : l’index glycémique monte en flèche.
      C’est technique, la carotte 🥕 😂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.